Sécuriser le circuit du médicament dans les foyers pour adultes handicapés : c’est possible !

10 Sep 2022 | Entreprise, Santé, Service

Les foyers d’hébergement pour adultes en situation de handicap rencontrent souvent les mêmes problématiques, liées à leur mode de fonctionnement et au degré d’autonomie des personnes accueillies. Ces difficultés ont pour conséquence de complexifier la sécurisation du circuit du médicament pour ces établissements. Or, il s’agit d’un enjeu majeur pour l’accompagnement à la santé des personnes accueillies. 

Le foyer d’hébergement “le Petit Bois”, situé à Toulouse, établissement du groupe ASEI (Agir, Soigner, Eduquer, Inclure), a trouvé une solution originale pour gérer au mieux la sécurisation de la distribution de médicaments tout en encourageant l’autonomie des résidents. Sa directrice, Mme Barthas, nous en dit plus !

 

Encourager l’autonomie des résidents sans nuire à la sécurisation du parcours du médicament : un défi

 

Des contraintes nombreuses

Pour comprendre pourquoi la sécurisation du circuit du médicament est difficile dans les établissements accueillant des personnes en situation de handicap, il faut bien comprendre le fonctionnement de ces structures. 

En premier lieu, il faut savoir que ces lieux d’accueil fonctionnent généralement avec un budget très serré. En effet, le financement accordé est le même quel que soit le degré d’autonomie de la personne accueillie. On comprend tout de suite que cela pose problème, car les personnes les moins autonomes nécessitent une assistance plus importante. Or l’équipe est réduite et généralement débordée. Le manque de temps est effectivement une problématique importante pour les équipes intervenant sur ces lieux de vie, en particulier pour les infirmiers diplômés d’Etat (IDE). Ces derniers doivent se charger de l’administration des médicaments, mais doivent également souvent accompagner les résidents à leurs rendez-vous, s’assurer qu’ils sont à jour dans leur suivi médical, etc. Ils sont de plus les seuls autorisés à confectionner les piluliers des résidents.

Autre difficulté concernant la sécurisation du parcours du médicament, les centres d’hébergement fonctionnent avec des équipes pluridisciplinaires, et il faut veiller à ce que les informations circulent bien entre les membres des différents services, en particulier en ce qui concerne l’observance des traitements médicamenteux et l’accompagnement à la santé. 

Parmi les résidents, il y a différents degrés d’autonomie, certains sont totalement autonomes, d’autres semi-autonomes, et il peut également y avoir des personnes totalement dépendantes.

 

Un équilibre à trouver entre autonomie et contrôle

La solution idéale est de laisser de l’autonomie lorsque cela est possible, pour se consacrer aux plus dépendants. Il convient cependant de contrôler l’observance pour tous les résidents afin d’éviter les erreurs médicamenteuses, car il en va de leur sécurité

C’est un des grands défis que mène le foyer du groupe ASEI au quotidien.

“Je pensais que certains étaient autonomes et en capacité d’aller chercher les médicaments à la pharmacie, ou d’obtenir le renouvellement de leur ordonnance. Et en fait, elles (les infirmières) m’ont pointé que ce n’était pas le cas, que de plus en plus elles devaient gérer elles-mêmes les renouvellements d’ordonnance car elles perdaient plus de temps à faire les rappels, et que parfois, quand le résident n’a pas le bon médicament pour faire le pilulier, cela pouvait être dommageable car ça signifie l’interruption du traitement. […] En plus ça leur mettait une surcharge mentale […] car elles étaient toujours dans le doute et dans la crainte.”

L’équipe soignante du foyer ASEI a fait part à la directrice, Mme Barthas de ses inquiétudes sur la sécurisation du parcours du médicament au sein de la structure. “Les infirmières m’ont rapidement sollicitée en me disant qu’avec le nombre de rendez-vous médicaux en hausse, les accompagnements, certaines personnes qui vieillissent ou perdent en autonomie, ou certains qui ont des handicaps psychologiques lourds à accompagner, ça devenait compliqué. […]”. Il fallait donc trouver un moyen de soulager le personnel soignant. “On a regardé la fiche de poste et on a essayé de voir sur quelles tâches on pouvait les alléger” explique Mme Barthas.

 

Quelle solution pour allier sécurisation du circuit du médicament et autonomie des personnes handicapées ?

L’équipe a donc pensé à externaliser la préparation des doses à administrer, comme c’est le cas pour les EHPAD par exemple. Or, la solution était difficile à trouver puisque d’une part, le budget du foyer est déjà très limité, et d’autre part, les volumes concernés sont relativement faibles

Au gré de ses recherches, Marie, infirmière salariée chez ASEI, découvre MonOrdo.

“Un jour Marie est arrivée avec MonOrdo : j’ai vu ça, est-ce qu’on peut étudier cette solution ?” se souvient Mme Barthas. La directrice décide de faire le test, qui s’est avéré concluant.

MonOrdo permet désormais au foyer “Le Petit Bois” de déléguer la préparation des traitements de ses résidents tout en sécurisant le circuit du médicament.

 

Une observance améliorée

Avec MonOrdo, les traitements sont préparés directement par le pharmacien, désormais seul responsable de la dispensation. 

Les médicaments arrivent tout prêts, emballés individuellement par prise. “[avec ] MonOrdo l’avantage c’est que tous les médicaments arrivent sous blister, c’est très pratique”, souligne Mme Barthas. 

Les médicaments contenus dans chaque dose sont indiqués sur le sachet, ainsi que le jour et l’heure de prise. Il n’y a donc plus aucun risque de confusion entre les comprimés, de double dose ni d’oubli. Cela permet de laisser les personnes les plus autonomes gérer leur traitement elles-mêmes. Le contrôle de l’observance, qui reste nécessaire, est beaucoup plus facile, et le risque d’erreur est limité au maximum.

 

Traçabilité et suivi facilités

Il y a une vraie traçabilité du parcours du médicament depuis l’officine jusqu’au domicile du résident, ce qui facilite grandement le passage d’information entre les services. 

 

Optimisation du temps

L’utilisation de MonOrdo permet également un gain de temps non négligeable pour l’équipe ASEI, et notamment les IDE. En effet, ces derniers sont les seuls professionnels de santé de la structure et à ce titre, la préparation des médicaments leur incombait. “Avant MonOrdo je pense qu’elles [y] passaient une bonne journée, entre aller récupérer les médicaments, faire les piluliers, etc.” affirme Mme Barthas.

Les allers-retours à la pharmacie ne sont maintenant plus nécessaires puisqu’avec MonOrdo, tous les traitements sont livrés directement au foyer. 

Mme Barthas assure que l’utilisation de MonOrdo a amélioré la traçabilité et la sécurité autour du circuit du médicament, et a permis de réduire le temps de préparation pour les équipes soignantes de l’ASEI. “Aujourd’hui il y a un gain de temps et une tranquillité d’esprit plus grande, et c’est important pour moi qu’elles (les infirmières) aient une charge mentale moins forte.” conclut la directrice du foyer “Le Petit Bois”.

Opter pour MonOrdo est donc une bonne solution pour les foyers d’hébergement. Cela permet non seulement de libérer du temps aux infirmiers et aux éducateurs, mais également de continuer à donner de l’autonomie aux résidents qui peuvent gérer eux-même l’administration de leur traitement. 

Mais le plus important, c’est que l’utilisation de MonOrdo permet de sécuriser le parcours du médicament.

 

Ensemble face au handicap

MonOrdo poursuit sa mission d’aider les patients chroniques à mieux vivre au quotidien et rendre les services de santé disponibles pour tous. En collaboration avec les foyers, nous vous aidons à mettre en place un système de gestion des traitements innovant et efficace pour vous et pour vos résidents. Pour en savoir plus, contactez-nous n’importe quand, au travers de notre application ou par téléphone 09 70 40 57 44.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Ceux-là devraient vous intéresser !