Aidants : Comment retrouver des moments de complicité avec un proche malade ?

23 Juil 2022 | Culture, Santé, Service

8 à 10 millions de français viennent en aide à une personne de leur entourage ayant des problèmes de santé ou en situation de dépendance. Cette situation a de nombreuses répercussions sur la vie quotidienne de ces personnes qu’on appelle “aidants”: charge mentale accrue, manque de temps, stress….Il est important de conserver malgré tout des moments de complicité pendant lesquels la maladie passe au second plan. Nous allons vous donner quelques conseils pour mieux vivre votre statut d’aidant.

 

Quelles sont les difficultés auxquelles les aidants font face ? Comment faire pour continuer à passer de bons moments avec le proche aidé ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

 

Les difficultés du rôle d’aidant

 

Aider un proche malade ou dépendant n’est pas nouveau, mais avec le vieillissement de la population, c’est de plus en plus fréquent . A tel point que cela porte aujourd’hui un nom : “aidant”, et désigne également un statut juridique depuis la loi pour l’Adaptation de la Société au Vieillissement (dite ASV) de 2015.
Ce rôle génère de multiples contraintes et responsabilités, ce qui en fait une charge lourde à porter. En effet, les aidants interviennent sur plusieurs aspects :

  • aide domestique : entretien du logement, du linge, préparation des repas…
  • aide logistique et médicale : suivi du stock de médicament, gestion des RDV médicaux
  • aide quotidienne : prise en charge des démarches administratives, aide pour la toilette, etc.

Ils doivent de plus écouter et soutenir psychologiquement leur proche, et sont bien souvent des référents médicaux

La plupart des aidants cumulent leur nouveau rôle avec leur activité professionnelle, certains ont également une famille à gérer, ce qui conduit à un manque de temps et à une charge mentale énorme. Il y a donc un vrai risque pour la santé mentale des aidants. Ils ont tendance à s’oublier et à ne pas s’autoriser des moments à eux. Certains disent d’ailleurs qu’ils n’ont même pas le droit de craquer. Ce rythme infernal peut également les conduire à renoncer à s’occuper de leur propre santé. 

De plus, le rôle d’aidant et tous les bouleversements qu’il génère peuvent être sources de conflits. Il peut s’agir de désaccords avec la personne aidée elle-même, qui ne se rend pas toujours compte à quel point elle a besoin d’aide, ou de conflits qui interviennent au sein de la famille de l’aidant. En effet, devenir aidant suppose des sacrifices qu’ils soient financiers, professionnels ou personnels. Et ces sacrifices sont parfois difficiles à accepter pour son entourage.

Tout ceci fait naître chez les aidants un sentiment de solitude, exacerbé par le fait que leur rôle n’est pas toujours reconnu par le personnel de santé, et qu’ils ne bénéficient d’aucun accompagnement lorsqu’ils doivent endosser ce nouveau rôle. 

 

Il est donc indispensable pour les personnes concernées de trouver du temps pour elles !

 

Prendre soin de soi pour mieux prendre soin de l’autre

 

Si vous faites partie des aidants, vous savez que ce rôle ne laisse que peu de temps pour les loisirs. Mais il ne faut pas pour autant totalement s’oublier !

En effet, pour parvenir à tout prendre en charge et à apporter le soutien psychologique dont votre proche a besoin, vous devez être vous-même en forme et ne pas vous sentir écrasé par votre rôle. 

Bien que cela ne soit pas facile, il faut apprendre à réserver du temps pour vous, sans culpabiliser. Ces moments de “liberté” sont en effet essentiels pour remplir pleinement votre rôle d’aidant. Ils éviteront le surmenage, qui pourrait aboutir à un burn out.

Comment faire en pratique ?

De temps en temps, il peut être utile de vous faire relayer auprès de la personne dépendante, afin de pouvoir souffler. Il est certainement possible de faire jouer la solidarité au sein de la famille ou de l’entourage proche : voisin, ami, etc. Si cela n’est pas faisable, il existe des solutions car les aidants ont, depuis la loi ASV de 2015, le droit au répit. Ce droit au répit s’accompagne de mesures permettant de passer le relais à une aide professionnelle à domicile ou de placer provisoirement le proche aidé dans un établissement spécialisé.

Les aidants peuvent également avoir besoin de soutien psychologique. Les groupes de paroles organisés par les associations ou les collectivités locales peuvent être utiles pour se confier sur les difficultés rencontrées. Ils sont très souvent encadrés par des psychologues. Il existe également des “Cafés des Aidants”, qui permettent aux aidants de se rencontrer et de se soutenir mutuellement.

 

Si en tant qu’aidant, vous devez prendre soin de vous pour assurer votre rôle au mieux, il est également important de ne pas laisser la maladie occuper toute la place !

 

Passer de bons moments avec le proche aidé malgré les difficultés

 

En ayant la possibilité de souffler et de retrouver un peu de sérénité, vous serez plus à-même de retrouver des moments de complicité avec la personne dont vous assurez la charge. Il est nécessaire de sortir parfois de ce rôle d’aidant pour retrouver votre place : enfant, parent, ou autre. Mais cela ne peut se faire que si vous ne vous laissez pas dépasser par vos responsabilités.

Un bon moyen de passer de bons moments avec le proche aidé est de prévoir lors des visites des activités à faire ensemble, ce qui permet de mettre les problèmes de côté pendant quelques instants. Il peut s’agir d’une activité manuelle, ou d’une sortie, selon les possibilités. Ce bon moment sera bénéfique à la fois pour vous, mais aussi pour votre proche qui oubliera à son tour la maladie pendant quelques temps. 

Il est aussi possible dans certains cas de changer de décor pour quelques jours, grâce par exemple aux Vacances Répit Familles . Cette association permet aux aidants de partir en vacances avec la personne aidée et leur famille. 

Il est possible de bénéficier dans certains cas d’une prise en charge financière du séjour.

Il ne faut également pas hésiter à laisser à votre proche un peu d’autonomie. Il est parfois tentant de vouloir tout faire à sa place, mais ce n’est pas une bonne chose. En effet, plus vous l’assistez et plus vous anticipez ses besoins, plus vous le rendez dépendant, ce qui alourdit votre charge de travail. Il est important que la personne dépendante puisse encore réaliser des choses seule (si cela est possible bien sûr), car c’est bénéfique pour son moral.

 

MonOrdo à vos côtés

 

Aider un proche est un vrai combat au quotidien. Stress, fatigue, culpabilité… autant de sentiments qui alourdisse la charge. Une application pour gérer toutes les ordonnances de vos proches, commandez leur traitement, renouveler leurs prescriptions, faire livrer leur médicaments tous les mois gratuitement et bien plus. MonOrdo vous permet de vous libérer d’une partie de votre charge mentale et de gagner du temps. Découvrez comment MonOrdo aide des milliers d’aidant à gérer leur proches !

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Ceux-là devraient vous intéresser !