Pénurie de médicaments : quelles pathologies chroniques concernées ?

20 Oct 2022 | Santé, Service

On assiste depuis plusieurs mois à des ruptures d’approvisionnement concernant certains médicaments. Si ce phénomène a été accéléré par l’épidémie de Covid-19, il faut savoir que les difficultés d’approvisionnement étaient déjà présentes avant la pandémie.
Alors pourquoi connait-on actuellement des pénuries de médicament ?
Quelles en sont les conséquences pour les patients atteints de maladies chroniques ?

 

Les pénuries de médicament : un phénomène nouveau ?

 

De nos jours, en France, une personne sur 3 aurait déjà été confrontée à la rupture de stock d’un de ses médicaments. La rupture de stock sur une référence dure en moyenne 14 semaines, soit environ 3 mois !

Il est donc fort possible que vous vous rendiez à la pharmacie chercher votre traitement et que le pharmacien vous réponde que l’un des médicaments figurant sur votre ordonnance est en rupture, en particulier les médicaments génériques.

Depuis le début de l’épidémie de COVID-19, la France fait effectivement face à un problème important d’approvisionnement des médicaments.
Mais il faut savoir que ces ruptures de stock ne concernent pas que l’Hexagone, mais sont présentes partout dans le monde. Et, contrairement à ce qu’on pourrait penser, elles ne sont pas uniquement liées aux conséquences de la pandémie.

En effet, les difficultés d’approvisionnement ont commencé à se faire sentir quelques années avant la crise du coronavirus.

Il est tout de même certain que la pandémie, associée plus récemment à la guerre en Ukraine et à la crise énergétique ont amplifié le phénomène, donnant lieu aujourd’hui à des ruptures de stock ou des signalements de risque de rupture de stock pour plus de 2000 références, selon le rapport 2021 de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament). À titre de comparaison, le nombre de signalements auprès de l’Agence du Médicament était de 871 en 2018.

De plus, selon le Groupement d’Intérêt Economique GERS, en août 2022, 12,5% des médicaments vendus en pharmacie étaient en rupture, contre 6,5% au début de l’année.

On assiste donc à une forte amplification des difficultés d’approvisionnement.

 

Comment expliquer que les pénuries de médicaments se généralisent ?

 

Si les pénuries de médicament ne sont pas un phénomène nouveau, elles connaissent ces derniers mois une augmentation liée à plusieurs facteurs, dont le contexte économique.

 

L’éclatement de la chaîne de production

Depuis l’arrivée des médicaments génériques, les entreprises pharmaceutiques ont morcelé les différentes étapes de fabrication. Les sites de production sont de plus en plus spécialisés. Certaines étapes de fabrication ne sont assurées que par un petit nombre de sites. Les capacités d’ajustement de la production sont donc limitées. De plus, si la production d’un site doit être arrêtée, cela aura pour conséquence des risques de rupture pour plusieurs médicaments.

 

Une production à flux tendus

À l’instar de ce qui se pratique dans de nombreux secteurs, les industriels du médicament produisent à flux-tendu. Cela signifie qu’ils ne produisent pas de stock de médicaments en avance. Si la demande augmente très rapidement, les tensions d’approvisionnement sont donc inévitables. Or, la demande sur le marché des médicaments est relativement difficile à anticiper de manière fiable, et pour certaines classes thérapeutiques elle augmente fortement ces dernières années.

 

Un marché français peu attractif

La France est bien souvent la dernière servie, étant donné que le prix des médicaments remboursables par l’Assurance Maladie est contrôlé par l’Etat, donc plus faible que dans d’autres pays. C’est la raison pour laquelle les tensions d’approvisionnement sont particulièrement marquées dans l’Hexagone.

Tous ces paramètres ont pour conséquence un approvisionnement en médicaments sous tension puisque le moindre ralentissement de la production peut avoir des répercussions importantes. Or, le contexte économique actuel engendre des difficultés dans tous les secteurs industriels, et le secteur pharmaceutique n’est pas épargné.

 

Quelles pathologies chroniques sont concernées par cette pénurie de médicaments ?

 

Les tensions d’approvisionnement dans le secteur pharmaceutique sont source d’inquiétude pour tous les malades chroniques. En effet, pour ces patients, la continuité du traitement est essentielle. Alors, quelles sont les pathologies chroniques concernées ?

Il faut tout d’abord savoir que les médicaments génériques sont davantage concernés par les difficultés d’approvisionnement que les médicaments princeps. Le syndicat européen des médicaments génériques “Medicines For Europe” a d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme en septembre dernier par le biais de sa présidente.
Parmi les médicaments présentant un fort risque de rupture de stock, certains concernent des pathologies chroniques telles que le diabète ou encore l’hypertension. La liste des médicaments en rupture de stock ou présentant des ruptures d’approvisionnement évolue de jour en jour.

Pour les patients atteints de diabète de type 2, les difficultés d’approvisionnement concernent actuellement les analogues de GLP1, parmi lesquels Ozempic et Trulicity. Cette tension. Si vous êtes traité.e avec ces médicaments, pas d’inquiétude, il existe des recommandations pour le remplacer le cas échéant. Votre pharmacien ou votre médecin pourra trouver une solution.

Pour les patients souffrant d’hypertension artérielle, Urapidil et Exforge HCT sont signalés “en tension d’approvisionnement”. Cela signifie qu’il est possible que ces médicaments arrivent en rupture de stock dans les semaines à venir.

Parmi les médicaments concernés, on trouve également les anticancéreux. Et pour les patients traités, la pénurie peut s’avérer problématique. En effet, il s’agit de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur, les alternatives sont dans certains cas difficiles à trouver, et l’efficacité n’est pas toujours identique. D’ailleurs, plus de 60% des oncologues estiment que l’indisponibilité du médicament prescrit affecte la vie à 5 ans des patients atteints de cancer.

La pénurie de médicaments est donc un enjeu de santé publique majeur puisqu’elle impacte l’efficacité du traitement et les chances des patients. Par conséquent, plusieurs mesures ont été prises pour éviter les ruptures de stock et favoriser la continuité du traitement des patients.

 

Quelles sont les actions mises en place pour lutter contre les pénuries de médicaments ?

 

Comme nous l’avons évoqué, les ruptures de stock de médicaments ne datent pas d’hier. Pour faire face aux pénuries, l’Agence du Médicament a pris des mesures concrètes.

Tout d’abord, un Plan de gestion des pénuries en particulier pour les médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a été mis en place. Il prévoit pour ces produits de santé un stock de sécurité de 4 mois qui doit être conservé par les fabricants pour le marché français. Cette mesure vise plus de 400 médicaments.

Ensuite, les pharmaciens, responsables de la délivrance des ordonnances, ont à leur disposition des solutions de remplacement afin de pouvoir assurer la continuité du traitement du patient. Le médicament en rupture peut donc être remplacé par un équivalent de la même classe thérapeutique, sans que le patient ne soit obligé de retourner voir son médecin. Ce remplacement est exceptionnel et temporaire. Il est mis en place jusqu’au prochain rendez-vous avec le médecin traitant.
Cette mesure vise particulièrement les personnes atteintes de maladies chroniques et devant suivre un traitement en continu. Elle permet d’éviter les contraintes liées aux ruptures de stock de leur traitement.

 

Evitez les ruptures de stock grâce à MonOrdo

 

Les ruptures de stock peuvent avoir un impact sur le suivi de votre traitement. MonOrdo est une application numérique qui vous aide à gérer sereinement toute la logistique du médicament pour vous ! Vos médicaments sont livrés automatiquement tous les mois chez vous ! Votre stock de médicament est renouvelé de façon automatique, sans intervention de votre part ! Et vous recevez une alerte lorsque vos ordonnances doivent être renouvelées ! Pour en savoir plus, contactez-nous n’importe quand, au travers de notre application ou par téléphone 09 70 40 57 44.

 

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Malades chroniques : quels remboursements en 2023 ? - MonOrdo - […] atteintes de maladies chroniques, comme le diabète ou l’hypertension. D’autant plus que le risque de pénurie de médicament fait déjà…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ? Ceux-là devraient vous intéresser !